Vade-mecum pour la reprise de l'activité
rugby sur la Ligue Sud.

La Fédération Française de Rugby propose aujourd’hui de reprendre progressivement l’activité sportive en déléguant la responsabilité de la mise en place de cette reprise à chaque Ligue. Pour ce faire, elle a établi un processus en 6 stades permettant d’aller de l’état actuel correspondant à l’arrêt de toute activité sportive collective vers la reprise du contact et du jeu courant.

La circulation du virus est toujours en cours, nous n’avons aucune certitude scientifique concernant la fin de cette pandémie par disparition de ce virus. À l’heure actuelle, il n’y a aucun traitement spécifique curatif, aucun traitement préventif et la mise au point d’un vaccin impose une méthodologie qui va s’étaler sur plus d’une année dans le meilleur des cas.

Il nous faut donc apprendre à vivre avec ce risque.

Nous devons accepter d’être responsables ensemble en adoptant les mesures réduisant le risque de transmission du virus, en acceptant en cas de contamination de la déclarer afin de protéger les autres, en étant tous respectueux des règles de vie imposées par la situation.

En acceptant ces contraintes, nous permettons à notre société de se relever, nous contribuons à rétablir des relations sociales et permettons le partage fraternel des valeurs du rugby.

Dans cette phase de dé-confinement, la fédération française de rugby à établi un protocole de reprise permettant la planification, l’organisation des conditions d’entraînement afin de protéger tous les acteurs de terrain.

La reprise repose sur le volontariat des clubs, des joueurs, des entraîneurs, des parents et des dirigeants.
Voici un vade-mecum à destination de tous les acteurs pour aider à comprendre l’esprit de cette reprise. Il ne s’agit pas d’une méthode permettant de reprendre à coup sûr la compétition à date déterminée mais d’une remise en route avec une projection sur l’avenir qui pourra être arrêtée, amendée, poursuivie en fonction de l’évolution locale et nationale de la pandémie.
L’évolution globale va se décliner en 6 stades, nous sommes actuellement en stade 1 , le passage sur le stade 2 et les autres stades dépend exclusivement du bureau directeur de la fédération Française de rugby.
Afin d’être didactique nous allons développer 4 actions :

  1. L’action du bureau directeur du club :
    Le club doit être volontaire pour rentrer dans cette démarche, recueillir l’assentiment et la compréhension des obligations des entraîneurs, des joueurs, des parents des joueurs. Un covid manager de club sera nommé pour être destinataire des mesures à prendre, veiller à la mise en œuvre, servir de relais vis-à-vis de la Ligue.
    Le club devra s’assurer de l’ouverture et de la mise à disposition par les organismes territoriaux responsables des terrains permettant la reprise de l’entraînement.
    La sécurité sanitaire dans les flux de circulation des joueurs devra être établie entre le club et les organismes territoriaux.
    Des groupes d’entraînement correspondant à 9 joueurs pour un entraîneur sur 45 minutes d’occupation d’un terrain seront déterminés afin de réaliser la planification et l’organisation de l’entraînement.
  2. L’action de l’entraîneur :
    Le listing des joueurs participants effectivement à l’entraînement devra être formalisé et conservé. Le marquage du terrain par des plots désinfectés après chaque séance permettra de déterminer les zones d’évolution. L’entraîneur aura pris connaissance des modalités proposées pour la séance d’entraînement par la fédération avec 3 parties : échauffement, développement, challenge. Il est essentiel que l’entraîneur veille aux mesures barrières pour empêcher à ce stade les contacts.
    Ce stade un est une reprise de l’activité sportive, aujourd’hui, compte tenu des conditions épidémiologiques, afin de retrouver une condition physique permettant de se projeter.
    En aucun cas, la notion de compétition ou de performance doit être présente.
  3. L’action du joueur :
    Chaque joueur doit être convaincu de la nécessité des gestes barrières. Ceux-ci doivent être rappelés et le joueur doit s’y conformer.
    Il doit faire son auto-diagnostic suivant la grille proposée par la commission médicale. S’il est positif, il ne doit pas se rendre à l’entraînement, s’il s’est déjà entrainé dans les jours précédents, il doit appeler le club pour faire part de son état. Dans le même temps, il appelle son médecin traitant qui établira la conduite à tenir.
    Chaque joueur vient à l’entraînement en favorisant un transport individuel, en étant en tenue et avec sa boisson et son en-cas marqué à son nom. Il faut éviter tous les échanges de flux biologiques qui pourraient transmettre le virus.
  4. Les moyens à disposition sur le terrain :
    Pour un groupe de 10, 45 cônes plastiques doivent être disponibles pour effectuer le bornage des zones d’activité. Une Spray de solution javellisée avec un rouleau de papier jetable doit permettre la désinfection après chaque entraînement. (à ce stade, il n’y a pas de nécessité d’avoir des ballons).
    Les joueurs doivent disposer d’un point d’eau avec du savon ainsi qu’un rouleau de papier pour se sécher avec une poubelle afin de recueillir le papier souillé, un flacon de gel hydro-alcoolique. Ce gel hydro-alcoolique doit être passé sur les mains jusqu’à complète dessication. il ne faut pas se sécher les mains après l’avoir utilisé.

En conclusion,
la Fédération Française de Rugby a nommé un manager régional COVID de Ligue, un manager départemental ou de bassin afin d’aider les clubs à mettre en place au mieux cette reprise sportive.
Les conseillers techniques de club, le conseiller technique de Ligue œuvrent à la réussite de ce projet.

José GADEA

  • Post published:22/05/2020